Non classé

Le couteau papillon : un outil intéressant et passionnant

De nombreuses personnes citent les arts martiaux philippins comme à l’origine du couteau balisong. Balisong étant l’appellation de l’ustensile en tagalog, il s’agit d’un outil de prédilection dans les styles de combat du Kali Arnis. En hispano-tagal, ce type de couteau se dénomme « Cuchillo de balé », il proviendrait apparemment de la colonisation espagnole. Pour certains, le fan knife serait né à Hong Kong. Le balisong trouve sa place dans le monde entier et affirme son succès ainsi que son utilité, notamment chez de nombreuses communautés qui ont trouvé leur passion. Ces professionnels et passionnés fascinent le monde entier avec leur talent pour la manipulation du couteau et la représentation de l’art à travers le Butterfly. Ils sont appelés les « flippers », ces experts du balisong qui réalisent des figures surprenantes dénommées « tricks ». À noter que ces experts ont acquis une certaine adresse grâce à l’huile de coude.

Les spécificités du couteau

Le « fan knife » est un couteau de poche pliant. Il est composé d’une lame aiguisée et de deux poignées mobiles qui s’ouvrent dans une direction opposée pour former la manche. Les deux branches reprennent leur position initiale, c’est-à-dire en position fermée, en se rejoignant vers le haut. Le couteau bénéficie d’un système de verrouillage à ressort ou pivotant. Ces différentes spécificités assurent non seulement l’aspect portatif de l’outil, mais offrent aussi une sécurité accrue pour son utilisateur. Ainsi, ce dernier peut exécuter une diversité de figures, même avec une seule main.

Se former avec un fan knife d’entraînement

Vous aspirez à maîtriser l’art des « tricks » ? Grâce au balisong d’entraînement, vous pouvez vous entraîner sans risque de vous faire blesser. Il a été spécialement conçu pour la pratique en proposant une configuration similaire au Butterfly pour « flipping ». Il dispose cependant d’une lame non coupante et d’un sommet arrondi pour en faire un objet anodin. En tant qu’amateur, il faut s’entraîner de jour en jour pour pouvoir exécuter les mêmes gestes que les stars des « tricks ». Eddie Fernandez, Tony Ferrer, Talila Creg ou encore Jeff Imada sont des flippers professionnels. Ils ont débuté et n’ont pas échappé au dérapage avant de pouvoir réussir à acquérir une certaine fluidité dans la réalisation des figures. S’exercer avec un couteau d’entraînement est de ce fait une étape obligatoire à franchir pour devenir un flipper expert.

Related posts

Le travail d’un détective privé

Location de benne : ce qu’il faut savoir

Focus sur le CBD